Ces bourdonnements qui ne me quittent pas !

Aujourd’hui, pas d’article sur les péripéties de bébé panda ou sur le test d’un produit quelconque.

Juste un besoin, le besoin d’essayer de mettre des mots sur ces bourdonnements qui ne me quittent pas depuis cette nuit sanglante.

Tant d’émotions et de pensées contradictoires qui s’entrechoquent dans ma tête, dans mon cœur.

Ce cœur, corseté par une émotion que je n’identifie pas, du chagrin ? de la haine ? de la pitié ? de la peur ? de l’angoisse ?

Tout cela à la fois …

D’abord choquée, face à des images qui m’ont paru irréelles;

Puis la peur, – mes amis parisiens sont ils en sécurité ?

Vient ensuite le chagrin pour les victimes et leurs familles …  ce nombre macabre qui ne cesse de croître.

Et la haine, insidieuse, se répand dans mon âme, elle, que j’ai toujours délibérément laissée aux portes de mon cœur … non, je m’y refuse.

Alors le mépris prend le dessus, si je ne peux les haïr, je peux au moins les mépriser !

L’angoisse … que faire ? que dire ? « Il faut continuer à vivre normalement » … j’essaie, je me le répète tel un mantra, peut être qu’a force ça marchera … Mais tapie dans les tréfonds de mon cœur, l’angoisse bourdonne.

Quel sera le futur de nos enfants ? Vont ils vivre dans la crainte, dans un monde en guerre, se demandant chaque jours si c’est le dernier ? scrutant l’autre dans le bus ou dans la rue avec une méfiance et une animosité permanente ?

Avons nous bien fait de leur infliger cela ? Après tout ils n’ont rien demandé ? si ils sont là c’est à cause de nous ?

Mon petit garçon, aujourd’hui, je suis là, je le protège … je nourris ce sentiment totalement illusoire que, tant qu’il est avec moi … rien ne peut lui arriver … mais il va grandir, prendre son indépendance et se retrouver seul, face à ce monde.

Mon cœur saigne à cette pensée.

Ne vous méprenez pas, je sais que c’est un mal nécessaire, que je ne peux pas l’empêcher et que je le prépare tous les jours pour cette indépendance … je le sais.

Alors je panse mon cœur, me nourrissant de l’espoir que bientôt l’humain va sortir de cette noirceur, de cette folie … bientôt, il le faut.

Est ce que c’est ça devenir Parent ? Savoir pertinemment qu’on ne pourra rien faire pour protéger nos enfants des plus vils dangers ?

Je me doutais que le rôle de parent était difficile, mais je ne me doutais pas que c’était si déchirant … et si je l’avais su, l’aurais-je fait ?

Alors je me penche sur mon petit prince paisiblement endormi et je réalise que sans lui, ma vie n’a aucun sens !

J’ai besoin de mettre des mots sur ces émotions, même si en me relisant, je trouve qu’ils sont encore bien faibles et dérisoires pour vous transmettre la peine qui m’habite.

Et je ne peux retenir cette larme qui roule sur ma joue, une larme de tristesse pour ce monde qui tremble mais une larme en bleu blanc rouge …

Alors oui, pour nos enfants, pour nous, continuons à vivre, à rire, à sourire aux autres …

Publicités

Une réflexion sur “Ces bourdonnements qui ne me quittent pas !

  1. Beaucoup d’émotion dans cet article qui vient du cœur, on sent bien qu’il a été écrit d’une seule traite , et il n’est pas toujours facile de mettre des mots et de partager l’immense douleur que nous ressentons tous et qui nous dévore . Tu as su le faire avec une grâce infinie . Merci à ton cœur de maman .

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s